Visites dans les villages Sevkar et Atchadour le 22 mai 2019
Visites dans les villages Sevkar et Atchadour  le 22 mai 2019


 

Pour ce voyage en Arménie, Syuzanna Petrosyan est quelqu’un sur qui l’on peut compter : un taxi vient nous cueillir à l’heure prévue, 8h30, pour nous emmener à l’école de Sevkar. Nous y retrouvons Emma Chahanazaryan, étudiante boursière, qui nous accompagne pour la visite de cette école de campagne.

L’école de Sevkar

            Nous y sommes accueillis par la Directrice dans la salle des professeurs. Après les présentations, nous nous rendons dans la salle de classe du professeur de français, Suzanna Ghuschyan, où nous assistons à son cours de français. Les élèves – une vingtaine – âgés d’une dizaine d’années, sont en grande tenue, les garçons chemise blanche et pantalon noir, les filles chemisier blanc et jupe noire. Chacun arbore sur sa poitrine une photo de Charles Aznavour : nous pensions que ce clin d’œil ostentatoire était en notre honneur. En fait, la classe célébrait la date anniversaire de naissance de l’artiste français – authentique idole en Arménie, comme nous avons pu le constater maintes fois. L'enseignante accompagne avec bienveillance les enfants, très disciplinés, dans leur apprentissage du français. Notre visite se termine dans le bureau de madame la Directrice où l’on poursuit notre échange avec l’équipe pédagogique et administrative. Nous sommes admirablement reçus: on nous offre une délicieuse collation et à Laurence, mon ancienne collègue qui est du voyage, gentillesse insigne, un joli coffret de roses multicolores. Tandis que nous quittons l’école, nous croisons quelques dames de service avec lesquelles nous posons pour une ultime photo.

 

L’école d’Atchajour

            Notre taxi nous attend pour nous emmener à Atchajour, guidés par Varsik, autre étudiante boursière, en charge de cette autre école de campagne.

         Nous nous rendons immédiatement dans la classe de Lusiné Aghbalian qui la dirige avec une belle autorité. Ici les élèves, vingt quatre, d'environ une dizaine d'années, ont une tenue plus décontractée – pas d’uniforme, quelques jolis rubans blancs dans les cheveux des filles comme en témoinge la photographie jointe – et, également bien disciplinés, demandent respectueusement la parole en secouant leur main appuyée sur le coude. A la sortie du cours nous sommes reçus dans le bureau du Directeur avec des mots de bienvenue de sa part et de remerciement de la nôtre. Ici encore on nous offre une copieuse collation de fruits et de pâtisseries.

            La visite de ces écoles fut un plaisir. Nous n’y venions pas dans une démarche d’«inspection», bien sûr. Et il aurait été bien discourtois de notre part de venir juger des méthodes pédagogiques, qu’on ne saurait évaluer quand on n’a pas les compétences dans l’enseignement si particulier du français langue étrangère (FLE). Dans ces deux classes nous avons senti, non sans émotion, une égale application des élèves à apprendre notre langue comme le sérieux et l’investissement des maîtresses à l’enseigner. Notre présence était comme un modeste hommage à ces pionniers de la francophonie et un encouragement à persévérer. L’accueil chaleureux et sincère qui nous a été réservé dans ces deux écoles de campagne, témoigne de l’intérêt qu’elles ont éprouvé  à nous recevoir. Nul doute qu’à l’avenir il faudra poursuivre dans ce sens.

Jos Milliner

 

Un superbe spectacle autour de la francophonie 21 mai 2019
Un  superbe spectacle  autour de la francophonie  21 mai 2019


   Ce spectacle est le fruit du travail réalisé par le professeur de français, Hayarpi Tsutsulyan et ses élèves de 9 à 15 ans de l'école n°1 d'Idjevan. Il célèbre la fête de la Francophonie en Arménie. Il a pour thème général «le Bonheur», illustré à travers le monde fantastique de Disney et ses divers personnages –  fées, princes et princesses... Le sujet aurait pu paraître un peu mièvre, a priori. Mais les enfants jouent avec une telle conviction  que c’en est touchant. Et surtout, il est un prétexte pour promouvoir la francophonie – Disney Paris oblige! L’enchaînement des saynètes est réalisé par un élève qui joue le rôle d’un monsieur Loyal présentant les différents numéros, en français. Son équivalent féminin, une charmante jeune fille, gracieuse et enjouée, assure la traduction en arménien. L’ensemble est mené avec aisance et spontanéité.

      Hayarpi nous a fait le privilège de nous placer, mes amis Laurence, Philippe et moi-même, aux premières loges, celles des invités d’honneur, dans une grande salle des fêtes, comble de parents venus admirer les prestations de leurs enfants. A la fin du spectacle, en conclusion du thème du «bonheur», un jeune acteur en herbe vient interroger un spectateur : «Pour vous, qu’est-ce que le bonheur?» Dans cette grande assemblée, la personne choisie pour donner sa définition du bonheur sera Laurence, nouvel honneur insigne que nous apprécions infiniment . Laurence déroule un joli petit discours, traduit par Syuzanna, qui sera très applaudi par le public. A la fin du spectacle – nouvel honneur – nous sommes sollicités pour figurer sur les photos souvenirs, au milieu des pinces et des princesses, des fées et des lutins…

Ce fut un  moment  merveilleux, merveilleux comme le "monde merveilleux de Disney". Nous avons pu sentir la fibre francophile de cette communauté scolaire et apprécier le beau travail francophone des équipes pédagogiques. Bravo, Hayarpi! Pour ce succès, soutenu, on le voit  bien par un gros travail et un investissement remarquable. Et merci pour cet accueil!

Jos Milliner                                                                                                             

1er decembre 2018 : Repas armenien - Espace du Val de Gif
1er decembre 2018 : Repas armenien  - Espace du Val de Gif


Une soirée émouvante à Gif-sur-Yvette!

De nombreux amis de l'Arménie se rassemblaient le soir du 1er décembre 2018 pour le repas arménien dans la  grande salle du Val de Gif, à l'initiative de l'Association "Amitié et Echanges Franco-Arméniens" (AEFA).

On connaissait déjà depuis de nombreuses années cette amicale rencontre autour du succulent repas préparé par Elise et son équipe. Une très grande variété de mézzés et autres plats, très bien présentés, a régalé avec un évident bonheur l'assistance.

Ce qui a donné beaucoup de charme à cette soirée, c'est la présence d'une dizaine d'enfants. Venus de Chaville, ils étaient guidés par leurs professeurs d'arménien et de musique, Ani et Rozine et  Gariné.  Ils ont chanté, joué des saynètes et ont ravi un public attentif et enthousiaste.

Une note plus grave a été apportée par l'évocation, lors du diaporama,  du séisme de Spitak. S'y était rendu en urgence, le docteur Dominique Petitjean avec les pompiers d'Ile de France, trente ans auparavant. Parti en Arménie avec  son épouse en juillet 2018, il a revu avec émotion ces lieux tragiques.

Cette soirée a été l'occasion de rappeler les efforts d'AEFA pour maintenir les liens solides entre l'Arménie, le Tavoush et Gif-sur-Yvette.

Un moment heureux à renouveler pour célébrer le vingtième anniversaire de l'Association en 2019!

Bravo à tous et en particulier aux enfants et leurs professeurs!

Anne-Marie Toly et Paulette Coutant

 

 


<<   1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11   >>   


Infos
Siège :
30, allée de la Bergerie
91190 - Gif-sur-Yvette

Courriel :
aefarmenie.fr@gmail.com

Tel :
06 22 70 31 40
Téléchargement :
Bulletin d'adhésion
Brochure  
Découvrez le Tavoush !
Liens vers nos partenaires :