Journée de la francophonie, le 20 mars 2018, à l'école n°1 d'Idjevan
Journée de la francophonie, le 20 mars 2018, à l'école n°1 d'Idjevan


J’ai effectué mon stage à l’école n°1 d’Idjevan. Pendant celui-ci, j’ai remarqué des élèves qui aimaient beaucoup la langue française. J’ai décidé d’organiser une petite manifestation avec eux.

J’ai organisé un petit événement à l’occasion de la Journée internationale de la francophonie le 20 mars avec des élèves de huitième classe (Diana Tchagharian, Siramarg Vardapetian) et de neuvième classe (Mareta Sargsian, Méry Avetissian, Tigranuhi Qocharian, Ema Edilian, Vladimir Issakhanian, Joral Moukaelian, Erik Sargsian).

Nous avons évoqué quelques passages importants de l’histoire de la Francophonie.

 

 Assatrian Caroline Mariam, étudiante de 4e année de l’Université d’Idjevan

Repas arm?nien du 2 d?cembre 2017
Repas arm?nien du 2 d?cembre 2017


A l'espace du Val de Gif, en ce 2 décembre 2017, c'est  en dégustant des spécialités arméniennes,  en écoutant les chants et les poèmes des jeunes Arméniens de l'école de Chaville guidés par leurs enseignantes Rozine et Ani, en regardant un diaporama sur les jeunes francophones d'Arménie que les participants ont passé une soirée chaleureuse.      

 

 


 

 

 

Aoüt 2017 - Rencontre avec une enseignante de français
Aoüt 2017 - Rencontre avec une enseignante de français


Sériné Matinyan, étudiante à l'Université d'Idjevan, a eu la gentillesse, à la demande de notre Association, de  s'entretenir avec Mme Siranouch M., professeure de français de l'école  d'Azatamout, village situé à une quinzaine de kilomètres au nord d'Idjevan.  Cet entretien mené en août 2017, a  permis de recueillir les impressions d'une enseignante expérimentée, en poste  depuis 1976, sur les mutations dans l'enseignement en Arménie au cours de ces quatre dernières décennies. C'est sous la forme d'un dialogue que Sériné résume cette rencontre.

 

Sériné - Bonjour, je vous remercie d'abord d'avoir eu la gentillesse de nous  faire partager votre expérience professionnelle en tant qu'ancien professeur de français.
Un sondage mené par Hotels.com auprès de 8000 voyageurs du monde entier montre que ce n'est pas uniquement la majesté de l'architecture parisienne qui attire des millions de touristes en France chaque année; la sensualité et le charme de la langue contribuent aussi à cette attractivité touristique. Êtes-vous d'accord? Pensez-vous que cette langue mérite d'être étudiée par des millions d'étrangers dans le monde?

 

Mme Siranouch - D'abord, je  constate que je suis à la fois contente et fière d'avoir étudié le français à l'époque soviétique où ce n'était pas si facile. Il n'y avait ni opportunité pour visiter la France, ni  possibilité de communiquer avec les porteurs de la langue. Maintenant  vous avez  de la chance  d'avoir des amis étrangers sur les sites sociaux.  Ainsi, en leur parlant, en établissant de bonnes relations avec eux, vous pouvez perfectionner la langue, l'améliorer et en  faciliter l'apprentissage. Il ne vous reste plus qu'à en profiter!

 

Sériné- Une langue si mélodieuse, si élégante et si esthétique soit-elle, qui semble extrêmement musicale même pour une oreille étrangère, mérite absolument d'être étudiée et propagée dans le monde entier. Est-ce que  quelqu'un vous a orienté dans votre  choix professionnel?


Mme S.-À l'école j'ai eu la chance d'avoir un  bon enseignant (elle a ajouté avec enthousiasme que c'était le père de Mme Aïda Mardanian, la responsable du département de français à l'université). Grâce à lui, j'ai beaucoup aimé la langue et j'ai commencé à m'intéresser plus profondément à l'apprentissage du français. J'étais vraiment attirée par la musique française, notamment par les chansons d'Adamo. Et quand j'ai commencé à étudier la civilisation française, Paris est devenu mon rêve, la France, le pays des merveilles. C'est ainsi que j'ai aimé cette langue (un sourire aux lèvres, elle ajoute : plutôt tombée amoureuse) et je l'ai apprise.

 

Sériné- Est-ce que vous n'avez jamais regretté d'avoir choisi cette profession? Cela vous a-t-il  permis de  viser haut et  de vous tenir droite?

 

Mme S. -Je n'ai jamais regretté, jamais eu d'hésitation, jamais pensé abandonner mon travail. Dans la vie,  j'ai eu un chemin difficile, plein d'épines, j'ai dû travailler pour garder mes enfants, pour gagner ma vie et ma profession m'a beaucoup aidée. Ma sœur qui a terminé l'école  d'Ingénieur par  un diplôme d'excellence est ouvrière aujourd'hui dans les champs de tabac; moi j'ai mon travail à l'école. J'en suis pleinement contente.

 

Sériné- Pensez-vous que le français soit déçu et découragé par l'influence d'anglais?

 

Mme S. -L'influence de l'anglais est partout ... C'est vrai qu'à mon époque, le français n'avait pas de problèmes. C'est lui qui régnait.  Mais de nos jours, on préfère  apprendre plutôt  l'anglais que le français, parce que c'est la langue d'internet, la langue de l'ordinateur. Cependant, je trouve que le français a plus de perspectives pour ceux qui l'apprennent que l'anglais. À tous les francophones, je conseille de ne jamais se décourager, bien que l'anglais soit plus parlé,  car le français, c'est la langue de l'esprit.

 

Sériné -Comment imaginez-vous le futur de la langue française?


Mme S -Je n'ai pas beaucoup de choses à dire. Moi, je l'ai appris. Toi,  tu  l'apprends et les tiens vont apprendre! Il y a un changement remarquable dans l'éducation depuis l'époque soviétique par rapport à aujourd'hui.  Ce n'est pas seulement le cas du français mais pour tout.  Pour les horaires, par exemple,  l'enseignant  était présent 18 heures par semaine pour le français autrefois, maintenant on lui demande d'effectuer 22 heures. il est encore plus difficile qu'auparavant de s'entendre avec les élèves, (surtout pour les jeunes professeurs).  Les enfants sont un peu plus nerveux, vite excités, cela est sans doute imputable à l'influence de l'ordinateur.

 

 Mme S conclut qu'il faut beaucoup de patience et aussi  l'amour  de sa profession pour réussir à travailler plusieurs années à l'école.  Sériné, admirative, pense  que cette enseignante est une heroïne! 

 

 

<<   1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8   >>   


Infos
Siège :
30, allée de la Bergerie
91190 - Gif-sur-Yvette

Courriel :
aefarmenie.fr@gmail.com

Tel :
06 22 70 31 40
Téléchargement :
Bulletin d'adhésion
Brochure  
Découvrez le Tavoush !
Liens vers nos partenaires :