Février - mars 2007 - Lettre de France: "Jeunes ambassadeurs pour l'Arménie"
Février - mars 2007 - Lettre de France:


Depuis plusieurs années déjà, une correspondance régulière (en langue française) s’est instaurée entre des collégiens giffois et de jeunes Arméniens fréquentant l’école Missak Manouchian à Erevan, capitale de l’Arménie.

 

            Et c’est  dans le cadre de "L’année de l’Arménie en France" qu’en février et mars 2007, certains de ces jeunes ont vu se réaliser un rêve : venir en France, voir Paris, la Tour Eiffel, le château de Versailles, partager   la vie d’un(e) jeune Giffois(e), au sein de sa famille et au Collège Juliette Adam. Ce fut d'abord 5 jeunes filles de seize ans, invitées par l'association et accueillies deux semaines, puis une dizaine d'enfants de douze à treize ans, reçus une semaine en France.

            Jeunes Arméniennes en France du 13 au 23 février (Extraits de leur carnet de voyage)

 Bonjour ! Je suis Tatève, une jeune Arménienne, qui comme mes amies, Anoush, Lilith,  Mariam et Tatévik, brûle de traduire  ses impressions depuis la France. Je me trouve dans un rêve et j’ai peur de me réveiller. Quand à Erevan je feuilletais les livres écrits par les écrivains français, quand je regardais les photos de Paris et de ses monuments historiques, quand j’écoutais mes professeurs qui me racontaient cette ville, j’écoutais, quelquefois c’était étrange pour moi, mais je ne sentais rien sauf le désir de venir à Paris; maintenant je sais pourquoi : il faut le voir par ses propres yeux, il faut sentir le vent, il faut écouter le chant de la pluie, il faut respirer l’odeur de Paris pour comprendre la beauté du pays de France. (...)

En cette soirée du 16 février, à Gif, le château de Belleville a tremblé sous la mélodie du tambour arménien  Pour mieux faire connaître nos traditions, nous avons décidé dès le mois de septembre de préparer une petite représentation sur l’Arménie, ses fêtes, ses danses, ses chants, sa poésie. Ainsi, le public a admiré la danse agile et cadencée des filles de Nairi, selon le célèbre poète Eghiché Tcharents. Nous avons eu le plaisir de danser la «  Cilicie », en souvenir de notre histoire, entraînées par notre jeune et élégante chorégraphe, âgée de dix-sept ans, Tatévik. On a remarqué les larmes dans les yeux des spectateurs- peut-être les Arméniens de la diaspora-  lorsque nous avons récité les poèmes dont ces deux strophes de « Ma douce Arménie » (Tcharents). (...)

Il existait  pour moi seulement mon lac Sevan, tout petit, enfermé dans les montagnes, qui ressemblait quand même à un océan. Maintenant je réalise que le miracle existe. La mer est un ouragan de sensations, c’est un violon qui calme, d’une force incroyable ! Pour arriver à notre but, c'est-à-dire Cabourg, en ce 18 février, nous avons parcouru  un long trajet sur l’autoroute : de petites maisons à l’architecture spécifique (les colombages), les troupeaux de vaches ont attiré notre attention. Enfin nous avons vu la Manche, immense, infinie, brillant sous le ciel pâle d’hiver… la plage et les vagues : elles sont comme deux amoureux qui se rencontrent et se séparent. (...) Nous sommes restées un long moment bouche bée. Il était l’heure de déjeuner. Anne avait bien choisi le restaurant : on nous a invitées à manger des moules, la viande avec une sauce camembert, quel  régal !

Nous sommes retournées sur la plage : c’était la marée basse. Dans le sable humide, nous avons ramassé des sacs de coquillages. On a pensé pouvoir les présenter au Vernissage d’Erevan ! Le soir tombait, il fallait rentrer…Nous n’oublierons jamais cette extraordinaire découverte.

Le carnet de voyage a été rédigé par Mariam Avétissian, Tatève Hovhannissian, Anoush Baghdassarian, Tatévik Ghévondian et Lilith Ghoulian, sous la direction d'Anne-Marie Toly, professeur de français.

 

 

Avril 2004 - Géraldine écrit à son correspondant arménien
Avril 2004  - Géraldine écrit  à son correspondant arménien


Bonjour,

Comment vas-tu? Moi; très bien...

Chez nous, il commence à faire beau et chaud.

Dans ma ville, il y a vingt mille habitants. Elle se situe dans une vallée où les petits bois sont omniprésents. Elle possède une vielle église qui est très belle, un cinéma, de nombreux magasins et plusieurs lavoirs.

Notre capitale est Paris. C'est une ville très touristique : Notre-Dame (une cathédrale), la Tour Eiffel, les Champs Elysées...

Je fais de la natation en groupe de quinze. Je nage le mardi, jeudi et vendredi, ce qui fait quatre heures trente. Et toi, fais-tu du sport? La saison prochaine de natation (2004/2005), je nagerai quatre fois par semaine. Ces entrainements dureront deux heures chacun, donc huit heures par semaine!! Je joue de la flûte au collège pendant mes cours de musique. Je m'entraîne tous les jours!

Je fais partie des scouts; c'est un groupe d'enfants se réunissant toutes les deux semaines. On fait des jeux, des activités, on a des thèmes suivant les réunions. Nous vivons dans la nature. A chaque fin d'année, nous faisons un camp de dix jours en pleine forêt; c'est très excitant!

j'adore les chevaux, mais je ne fais pas d'équitation....Je fais faire des promenades avec des poneys. Cela me donne beaucoup de plaisir! Quels sont tes animaux préférés? Moi, c'est le cheval et le chien. J'aime l'aquariophilie ( qui s'occupe des poissons).

j'aimerais devenir chercheuse sur la cime des arbres, en Amazonie, pour rechercher des nouvelles espèces animales ou végétales.

J'attends ta réponse avec impatience!

Amicalement,

 

Géraldine, 

Juin 1996 - Lettre d'Arménie - Marie, de Gumri
Juin 1996 - Lettre d'Arménie - Marie, de Gumri


Bonjour, cher Guillaume!

            Je te remercie pour ta lettre et les photos envoyées. J'ai lu ta lettre avec plaisir et je t'ai trouvé sympa. Je suis très heureuse de faire ta connaissance. Quant à moi, je m'appelle Marie, j'ai treize ans et je fais mes études à l'école française de Gumri qui est la deuxième ville d'Arménie. J'aime beaucoup la France et le peuple français et je veux devenir professeur de français.

            Avant le tremblement de terre de 1988, nous étions cinq dans notre famille. Ma soeur aînée est décédée et maintenant, nous sommes quatre: mon père, professeur de français, ma mère, chef des acteurs du théâtre, mon frère  qui a six ans et moi. Je les aime beaucoup et ils m'aiment aussi. Ils veulent que j'aie un bon avenir.

            Nous habitons à côté du théâtre et presque chaque jour, je regarde des spectacles. Après mes cours à l'école, je vais à l'école musicale où j'apprends à jouer du piano. J'adore la musique et la langue française; je parle aussi russe et arménien.

            Je t'envoie volontiers ma photo. J'ai de grands yeux noirs et je suis brune.

            Ecris-moi si le contenu de ma lettre t'a plu.

            Au revoir, cher Guillaume,

 

                                               Marie

<<   1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8   >>   


Infos
Siège :
30, allée de la Bergerie
91190 - Gif-sur-Yvette

Courriel :
aefarmenie.fr@gmail.com

Tel :
06 22 70 31 40
Téléchargement :
Bulletin d'adhésion
Brochure  
Découvrez le Tavoush !
Liens vers nos partenaires :